La cure thermale peut aider le patient à prendre conscience du diabète

Lorsque le diabète est diagnostiqué, la cure thermale peut aider le patient à prendre conscience de la maladie. C’est en effet perturbant d’apprendre qu’on est diabétique et de s’entendre dire que le diabète est une maladie qu’on ne va pas guérir. Et surtout qu’il va accompagner la personne le restant de sa vie.

Malgré tout, on peu très bien vivre longtemps et bien avec un diabète qu’il soit de type 1 ou de type 2. Il faut une période d’imprégnation et de sensibilisation pour accepter cette situation nouvelle. La cure thermale est fondamentale dans ce rôle.

La cure thermale pour échanger sur les expériences des uns et des autres

Pendant ces trois semaines de cure thermale, la personne va être en contact avec d’autres personnes qui ont la même pathologie. Des personnes qui sont déjà passées par là et qui vont lui apporter des informations et l’accompagner.

Par exemple, quand les personnes vont boire leur eau ou se rendent aux Thermes de Vals-les-Bains pour les soins, elles discutent et sympathisent. C’est le côté social de la cure thermale, dans un environnement très favorable, une ambiance sereine. C’est le meilleur moyen de prendre conscience de son diabète et de la nécessité de le soigner.

« Il m’est arrivé à plusieurs reprises d’avoir des curistes à qui j’ai demandé si ils avaient du diabète, et ils m’ont répondu qu’ils en avaient avant, mais que maintenant ils n’en ont plus. Ou par exemple, ils m’ont répondu qu’ils avaient un petit diabète mais quand on voit les résultats, on s’aperçoit que le diabète n’est pas petit et donc ils prennent conscience sur place qu’ils sont diabétiques. » Éric Jouret, Médecin Thermal à Vals-les-Bains

Faire prendre conscience sans interdire

Le but du médecin n’est pas de dramatiser mais de faire comprendre qu’en s’occupant bien de cette pathologie, on peut avoir une vie normale. Par contre il faut que la personne prenne conscience qu’il y a un équilibre alimentaire et une certaine activité physique à avoir. La personne doit le décider par elle même. Il ne faut pas lui imposer quoi que ce soit. Elle doit prendre conscience que c’est très important pour son avenir. On est obligé d’adapter le discours à chaque personne. Ce ne sera pas le même discours avec une personne de 80 ans qu’avec une personne de 20 ans.

Il faut absolument que la personne choisisse son activité physique et puisse se permettre de temps en temps de petits plaisirs alimentaires. Sinon la personne sera frustrée. On aura des gens aigris et qui ne seront pas heureux de vivre et là n’est pas le but.

Le but est justement de dédramatiser. La personne doit comprendre qu’on peut très bien avoir une vie quasi normale même en étant diabétique. Et aussi qu’il faut absolument lutter contre soi-même pour prendre de bonnes habitudes alimentaires et pratiquer une activité physique régulière.