Présentation de l’étude des effets de la cure thermale à Aulus-les-Bains

Une étude a été menée à Aulus-les-Bains et Toulouse pendant les années 92 et 93 afin de déterminer le rôle de la cure thermale d’Aulus-les-Bains sur un certain nombre de paramètres du bilan lipidique en comparaison de l’eau d’adduction ou eau de ville de Toulouse.

Aulus-les-Bains est une station thermale ancienne ayant perdu (pour non-exploitation), puis récupéré récemment (1985) son agrément d’utilisation des eaux.

Les eaux sulfatées, calciques et magnésiennes étaient utilisées au début du siècle dans les affections digestives, dermatologiques et surtout urinaires et métaboliques. C’est donc tout naturellement dans ces deux dernières indications que qu’il a été décidé d’en relancer l’exploitation thérapeutique.

Les résultats des premières années de la nouvelle ouverture et de la création de l’Etablissement Thermal actuel amenèrent à entreprendre une étude suivant un protocole rarement utilisé et similaire à la méthodologie utilisée lors des expérimentations pharmacologiques modernes.

Après avoir exposé le protocole, le matériel, les méthodes d’études et les résultats obtenus, il a été retenu le taux de cholestérol, critère intermédiaire, mais le moins subjectif possible et pour lequel un consensus semble apparaître sur l’intérêt et de sa diminution, du moins dans la population à risque qui, seule, faisait l’objet de cette étude.

But de l’étude des effets de la cure thermale à Aulus-les-Bains

Puisque les eaux sulfatées, calciques et magnésiennes d’Aulus-les-Bains ont la réputation d’améliorer un certain nombre de paramètres du bilan lipidique, il était intéressant d’en faire la preuve par une étude comparative avec l’utilisation d’eau de la ville de Toulouse (ville choisie en fonction des lieux d’installation des expérimentations).

L’objectif retenu fut « l’étude des effets de la cure thermale à Aulus-les-Bains sur les taux circulants du cholestérol total et de ses fractions, triglycérides et glycémie ». En effet, il était impossible de ne pas faire bénéficier les curistes venus à Aulus-les-Bains de la totalité de la cure (soins internes de boisson et externes de balnéothérapie). Il était impossible également d’ignorer certaines actions secondaires comme l’altitude, l’action climatologique ou les effets de la désinsertion inhérents à la cure thermale. Ont été étudiés, les effets de la cure thermale plutôt que de l’utilisation stricte d’une eau.

L’étude amène les conclusions suivantes :

Le thermalisme a souvent fait l’objet de critiques en raison de l’absence d’évaluation médicale de bonne qualité. Un protocole d’étude adapté au thermalisme en conformité avec les méthodes modernes d’évaluation de la pharmacologie clinique a été mis au point. Un essai thérapeutique contrôlé comparant un groupe témoin (qui buvait l’eau d’adduction de la ville de Toulouse) à un groupe de curistes (qui buvait l’eau de la station thermale d’Aulus-les-Bains) a été réalisé pour étudier l’évolution des taux de cholestérol circulants. Les taux de triglycérides, glycémie et bien sur cholestérol HDL (et Apo Al pour exploitation cohérente et contrôle) ont également été étudiés.

L’étude a montré dans la phase 1 (randomisée, en double aveugle versus placebo) une absence de différence des paramètres biologiques sur les sujets sains, sans survenue d’effet indésirable.

La phase 3 (adaptée des études pharmacologiques au Thermalisme) a intéressé 115 sujets dont les critères d’exclusion et d’inclusion ont été précisément définis. Après homogénéisation des groupes (sexe, âge), les conclusions sont les suivantes :

  • La cure thermale à Aulus-les-Bains (par la boisson d’eau thermale et les soins externes essentiellement) provoque une baisse du cholestérol total, une baisse des triglycérides et une baisse de la glycémie et du poids statistiquement significatives alors qu’il n’existe aucune variation dans le groupe placebo.

La baisse légère des taux de cholestérol HDL (0,04 g/l)(et Apolipoprotéine Al) peut s’expliquer :

  • par une baisse plus importante du cholestérol total (0,40 g/l) et des LDL (0,14 g/l) et surtout par l’absence de conseil nutritionnel (inversion du rapport AG saturés sur AG insaturés) et l’interdiction de pratiquer une activité physique différente demandés aux patients étudiés à Aulus-les-Bains.

Cliquez ici pour voir l’intégralité de l’étude des effets de la cure thermale à Aulus-les-Bains

les Thermes d’Aulus-les-Bains traitent les maladies métaboliques (diabète, cholestérol hypertension, surcharge pondérale…) et l’appareil urinaire (lithiase, calculs, infections…)